09 octobre 2012

[Roman] Chronique du tueur de roi : La peur du Sage

Peur_sage_vol1

 

Dire que La Peur du sage était attendue par les fans est un doux euphémisme. Ce second tome était pourtant prêt à la sortie du premier opus, mais c'étant sans compter sur son succès. Ce qui a poussé l'auteur et son éditeur outre-atlantique à revoir leur copie. En résulte un ouvrage enrichi, bien plus épais qu'il ne pouvait l'être à l'origine, et ceci à tel point que l'éditeur français a décidé de scinder l'ouvrage en deux parties. Plutôt que de proposer un pavé peu pratique à ses lecteurs, Bragelonne a donc édité la première partie du second tome des Chroniques du tueur de roi cet automne avant de nous offrir la seconde partie fin octobre.

C'était donc avec impatience qu'on attendait la suite des mémoire de Kvothe, comment il allait quitter l'université et ce qu'il ferait par la suite. Car c'est bien ce qui était annoncé, le talentueux étudiant de l'université de magie devait la quitter, ou bien se faire renvoyer suite à une énième bravade contre certains de ses détracteurs, professeurs ou élèves. Et Patrick Rothfuss ne déçoit pas, jamais il ne tombe dans les stéréotypes du genre, que ce soit dans le traitement de ses personnages ou dans les différentes situations décrites. Même les moments forts du roman parviennent à nous surprendre, nous amenant constamment aux situations que l'on imaginait pas.

Kvothe évolue donc durant le récit, il parvient à nouer de belles amitiés, à s'attirer de dangereuses adversités, à balbutier ses rencontres amoureuses, bref apprend la vie dans tous ses aspects positifs ou non. Patrick Rothfuss n'épargne donc pas son héros, qui parvient à nous faire éprouver des sentiments antagonistes envers Kvothe, si brillant et pourtant si naïf par moments. En tout cas, jamais le lecteur n'est indifférent au sort qui est réservé au personnage. Il est toujours bon signe pour un roman de voir ses lecteurs vibrer avec le héros page après page.


Mais l'auteur n'oublie pas, qu'en dehors des mémoires du héros principal, il doit développer également une situation présente où bien au chaud et en sécurité (?) dans leur auberge, Kvothe préservant son anonymat auprès des riverains essaie de les aider face aux événements sombres qui ne manquent pas de s'annoncer.

L'écriture de Patrick Rothfuss est d'ailleurs toujours aussi fluide et agréable, d'une simplicité et efficacité déconcertantes qui obligent le lecteur à fermer l'ouvrage avec frustration, forcé de devoir patienter avant de reprendre son voyage en compagnie de Kvothe, Edema Ruh et Arcaniste de son état. Un voyage dont je vous invite à découvrir au plus vite.

 


Commentaires sur [Roman] Chronique du tueur de roi : La peur du Sage

Nouveau commentaire